Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques temps, un fléau frappe le monde occidental : le "recrutement" par des jihadistes de jeunes. Bien que je ne fasse pas l'apologie de cette "idéologie", je tenais à en parler.

Rappel en chiffres

En Europe, ce sont principalement les Anglais, les Belges et les Français qui sont endoctrinés. On estime à 12000 le nombre de ressortissants européens partis faire la guere en Syrie et en irak. Les chiffres officiels font état de 1132 Français impliqués dans les filières jihadistes (combattants et recruteurs). Ce bilan est probablement malheureusement bien plus élevé. En juin 2014, on prlait d'environ 300 jeunes belges, principalement Bruxellois et Flamands, présents en Syrie eten Irak auprès de l'Etat Islamique.

Analyse du mouvement

Ce fléau montre avant tout à quel point l'esprit humain peut être fou et organisé dans sa folie: d'abord recrutés sur Internet, ils sont ensuite envoyés en Syrie ou en Irak pour apprendre à manier les armes, qui serviront à tuer les otages d'une façon particulièrement atroce, puis affectés dans des groupes qui détiennent des otages de leur nationalité, sans doute pour éviter que ceux-ci puissent établir un quelconque plan de fuite. Si leurs profils psychologiques et sociaux sont très variés, il en résulte néanmoins des points communs: ce sentiment d'appartenance à une religion basé sur l'émotion, allant jusqu'à la récitation de sourates du Coran les larmes aux yeux après une "victoire" ou leur origine sociale souvent modeste et propice à la violence. Ces jeunes se sentent investis d'une mission purificatrice.

Certains estiment que ce mouvement serait à rapprocher de celui d'une secte, de par leur fonctionnement quasiment similaire. En effet, ces jeunes sont coupés de leurs besoins les plus élémentaires, de leurs proches, à cause de ce mouvement, comme le sont les membres de sectes, à ceci près qu'à la différence d'autres sectes, celle-ci tue des innocents et fait l'apologie de la violence extrême.