mondefrancophone

22 mars 2015

Semaine de la Francophonie

Cette semaine était celle de la langue française et de la Francophonie. Je vais revenir brièvement sur l'hisoire de ce mot.

 

Il a été créé au XIX me siècle et désignait, au début, à la fois les personnes qui avaient pour langue le français et les pays qui avaient pour langue nationale le français, qu'il soit ou non utilisé avec une autre langue.  Ce ne sont que quelques décénnies plus tard que la conscience d'espace francophone naît.

 

En 1926, l'Association des Ecrivains de Langue Française est créée par des écrivains, qui seront suivis par les journalises et de la presse de langue française.En 1960, la première organsiation intergouvernementale francophone est créée, la Conférence des ministres de l'Education (Confémen), alors constituée de 15 pays. Aujourd'hui, ce sont plus de 40 pays qui sont représentés.

En 1967, le sparlementaires s'en mêlent.

En 1999, l'AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) est créée et compte pas moins de 677 établissements dans le monde.

 

A ceux qui pourraient rétorquer que le francophonie est née du colonialisme, Léopold Sédar Senghor répond : ""Dans les décombres du colonialisme, nous avons trouvé cet outil merveilleux, la langue française". Certes, la colonisation a eu des effets extrêmment négatifs, et je suis la première à le dire et à le déplorer, mais s'il y a UNE chose positive qu'elle a su créer est le développement de la langue de Molière à travers le monde. Rappelons que le français est aujourd'hui encore parlé sur les cinq continents. Le français sert de lien entre les peuples, qu'ils soient Québécois, Sénégalais, de Pondichéry, de Nouvelle-Calédonie ou Français.

 

Actuellement, le français compte environ 220 millions de locuteurs à travers le monde et est la 5e langue la plus parlée. Elle est la langue officielle ou co-officielle de 32 états, langue principale d'enseignement d'une vingtaine de pays, compte 116 millions d'apprenants (minimum), est langue officielle ou de travail dans la plupart des organisations internationales. Je pourrai donner encore bien d'autres chiffres...

 

Tout ça pour dire que non, le français n'est pas en déclin, quoiqu'en disent certaines personnes.

Posté par hermy93150 à 17:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 mars 2015

Dictée pour les Nuls 2013

Tous les ans est organisée une dictée francophone au Salon du livre, dans le cadre de la Semaine de la Francophonie. Voici le texte de 2013:

 

Combien de francophones le monde compte-t-il aujourd’hui ? Quelque deux cent vingt millions aux dernières bonnes nouvelles ! Des milliards de mots de la langue française sont échangés chaque jour sous toutes les latitudes, de Montréal à Nouakchott, de N’Djamena à Port-au-Prince, de Papeete à Marrakech ! Des bonjours sous la pluie, des au revoir dans la nuit, des adieux comme celui que le poète Apollinaire colora de nostalgie : « L’automne est morte, souviens-t’en… », tout cela fait résonner le français à la surface du globe, quels que soient l’heure du jour ou le moment de la nuit, dans quelque lieu que ce soit !

Fin de la dictée juniors

Que d’aventures ont vécues nos mots baladeurs, que de terres lointaines ils ont visitées ! Certains s’y sont tellement plu, tellement sentis accueillis qu’ils se sont installés, intacts, dans la langue qui les hébergeait. Ainsi, les Russes amoureux parlent de leur « coup de foudre ». Passez-vous par Funchal ? Quelle surprise : on vous informe en termes français entés dans la langue de Saramago qu’à votre table, vous êtes « vis-à-vis » de Ronaldo qui joue dans l’ « équipe » de Madrid ! Votre voisin anglais vous parle du « savoir-faire unique » de ce Lusitanien qu’il faut « protéger ». Un Italien vous précise que son « cachet » est faramineux. Un Allemand vous décrit les tirs victorieux qui se sont succédé dans sa carrière. Un vrai « bouquet » ajoute-t-il. Vous proposez alors cette image signée Vénus Khoury-Ghata : « Des épaules de loup au long cours ». « Voilà ! » conclut l’Anglais.

 

Pour avoir participé à l'édition de l'an dernier, je peux vous dire que c'est loin d'être aussi simple que ça en a l'air!

Posté par hermy93150 à 10:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2015

Journée de la femme - 3e article

 

 

Maître Halimi et Marie-Calire, visage caché.

 

En 1972, alors que la loi pour l'avortement n'est pas encore passée, un procès a eu lieu à Bobigny. Marie-Claire habite la ville avec sa mère et ses deux sœurs. Un jour, elle se fait violer et tombe enceinte de son agresseur. La mère décide alors de la faire avorter, car elle est mineure et n'est, bien sûr, pas en mesure de s'occuper de cet enfant. Le jeune homme a vent de cette histoire et dénonce la jeune fille. S'en suit alors une série de procès, pour avortement pour Marie-Claire, et complicité d'avortement pour sa mère et les collègues, qui ont aidé financièrement et techniquement Marie-Claire à se faire avorter. Cette dernière sera relaxée, car jugée inapte à juger par elle-même de ses actions, tandis que la mère et les complices seront condmanées à verser de l'argent.

 

Il faudra attendre 1974 et la loi Veil, pour que l'avortement soit légalisé en France, et 1975 pour qu'elle soit appliquée dans les faits. Ce procès a néanmoins eu un impact important dans la société française de l 'époque, alors très divisée sur la question. Les pro et antis-avortement se sont déchirés jusque devant la porte du tribunal de Bobigny.

 

Une femme a été très importante dans ce procès, Maître Gisèle Halimi. Avec Simone de Beauvoir, elle s'est battue pour la reconnaissance des droits de la femme, notamment au travers de l'association Choisir la cause des femmes. C'est elle qui a défendu Marie-Claire et les complices.

 

Ce procès est avant celui d'une jeune femme qui a décidé de statuer sur son corps et qui a dû se battre contre une assemblée essentiellement constituée d'hommes. De quel droit des hommes se permettent de statuer sur ce qu'une femme veut faire de son corps ? Au nom de quoi peut-on forcer une personne à garder un enfant qu'elle se sent incapable d'élever ? Rien ni personne ne peut empêcher une femme de se faire avorter, si elle le désire et si la vie de l'enfant est en danger. Personne ne peut forcer une femme à garder en elle le fruit d'un viol, de quelque chose de forcé. Je ne suis pas pour l'avortement à outrance, mais dans certains cas, oui. De même, si une quelconquejeune fille lit ces lignes et se dit : « Se faire avorter, ce n'est rien et c'est facile », je voudrais lui dire que l'avortement entraîne des séquelles psychologiques graves (dépression, blocage psychologique pour concevoir un enfant par la suite, entre autres).

 

Tout cela pour dire que la lutte est loin d'être finie et que l'on doit continuer à se battre.

 

Posté par hermy93150 à 14:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Journée de la femme - 2e article

Malgré une nette avancée des droits de la femme dans les pays occidentaux, il en reste encore malheureusement encore beaucoup à conquérir, et parfois même dans ces pays !

 

Les statistiques montrent que tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son mari en France. Ce chiffre est d'autant plus affolant que, la plupart du temps, les victimes de violences conjugales n'osent porter plainte contre leur mari. 201 000 femmes sont victimes tous les ans de violences conjugales (physiques ou sexuelles).

 

Le viol reste l'agression la plus courante, avec une estimation de 83000 femmes violées entre 2010 et 2012. Outre la violence de l'acte en lui-même, le viol détruit la vie de la victime. Un récent reportage de France 2 parle de ce sujet tabou :

 

http://www.france2.fr/emissions/infrarouge/diffusions/05-03-2013_12355

 

Ces témoignages édifiants permettent de mettre en avant souvent mise de côté dans le viol : les conséquences possibles sur les victimes et leur anéantissement parfois total. Souvent, les victimes connaissent leur agresseur (comme c'est le cas dans le reportage avec la jeune tenniswoman violée par son entraîneur pendant des années). Ce fléau cache une autre réalité, encore plus dure à mettre en avant : le viol conjugal. Sous réserve de « devoir conjugal », nombre de femmes sont forcées de faire l'amour à leur mari ou conjoint, sans quoi elles encourent souvent des violences. On estime à seulement 11% les femmes victimes de viol à porter plainte et à 13% à déposer une main courante.

« En 2011, sur les 4 983 plaintes pour viols, 3 742 viols ont été commis à l’encontre de femmes et 432 contre des hommes. Parmi ces viols, 906 sont des viols conjugaux commis à l’encontre des femmes et 179 contre des hommes. »1

 

 

 

« La violence à l’égard des femmes dans les conflits armés se manifeste souvent par des violences sexuelles. De 250 000 à 500 000 femmes ont été violées pendant le génocide de 1994 au Rwanda, de 20 000 à 50 000 femmes ont été violées durant la guerre en Bosnie au début des années 1990. »2

 

Aussi, 80 à 90% des prostitués sont des femmes et ont un taux de mortalité 40% fois supérieur à la moyenne, toujours selon le haut conseil de l'égalité, cité précédemment dans cet article, et 50 à 70% d'entre elles soufrent de dépressions et autres maladies mentales liées à leur activité.

 

Un autre fléau touche également les pays occidentaux : les agressions sexuelles dans les transports en commun ; J'en ai été moi-même victime il y a quelques années. L'an dernier, le cas d'une jeune femme à Lille a été relayé à la Une de tous les journaux français et, je l'espère, étrangers. Cette jeune femme s'est fait violer dans l'indifférence la plus générale, alors que plusieurs personnes étaient autour d'elle. En ce qui me concerne, ça a été moins grave, il m'a « juste » mis la main aux fesses dans le métro et poursuivie dans les couloirs- bondés – de la Gare du Nord (à Paris), sans que personne ne réagisse, encore une fois. Cela est malheureusement souvent le cas. J'ai eu l'impression que je ne reverrai plus jamais mes proches, tellement cette agression a été violente, d'un point de vue psychologique. J'ai mis des semaines à commencer à m'en remettre, et je n'ai pas subi de pénétration ! Il s'en est tenu à vouloir m'emmener quelque part, même si je me suis débattue. Les chiffres en la matière ne peuvent être quantifiées, tant ce genre de cas est fréquent.

 

Dans le monde, nombre de femmes sont régulièrement lynchées, notamment pour adultère, alors que leurs maris pratiquent la polygamie à outrance. Toutes ces violences sont une honte pour l'humanité. On ne doit pas être battues parce qu'on est des femmes et on n'est en aucun cas le sexe faible.

 

Vous me direz que cet article est militant, mais j'assume totalement mes propos.

2Ibidem.

Posté par hermy93150 à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Journée de la femme

Hier, c'était la journée internationale des droits de la femme, mais n'ayant pas de connexion à Internet à la maison, je ne peux en parler que maintenant.

Je vous ai préparé trois articles sur le sujet: un qui met en avant des destins de femmes, un autre faisant état des - nombreux - progrès à faire dans la lutte pour l’égalité des sexes et enfin, un sur un procès célèbre de 1972.

Pour cet article, j'ai décidé de mettre en avant quelques femmes aux destins extraordinaires : Malala, Simone Veil, Rosa Parks, Dulcie September et Cathy Freeman.

 

 

 

Je vais commencer par vous présenter, si vous ne la connaissez pas déjà, une jeune Pakistanaise: Malala Yousafsai.

Son combat en faveur de l'éducation des femmes au Pakistan a été rendu célèbre lorsqu'elle a été très violemment agressée par les Talibans, devant son établissement scolaire. L'an dernier, elle a été médiatisée et a été fait Prix Nobel de la Paix. Son exemple rappelle à quel point il est important de scolariser les enfants, filles ou garçons, pour lutter contre l'obscurantisme et la bêtise humaine.

Si, dans notre pays, l'éducation est obligatoire pour tout le monde jusqu'à 16 ans, nous ne devons pas oublier que, tous les jours, des millions de jeunes filles à travers le monde risquent leurs vies pour s'instruire.

 

 

A présent, je vais vous parler d'une personne d'une bonté extraordinaire et que j'ai eu la chance de rencontrer en janvier 2005, à l'occasion des 60 ans de la libération d'Auschwitz. Au moment où j'écris ces mots, un sentiment de fierté m'envahit très égoïstement, mais je dois bien l'avouer. La rencontre s'est faite au lycée Eugène Delacroix puis au Mémorial de la Shoah à Drancy, un des principaux camps de transit d'Europe pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Non seulement Madame Simone Veil a connu l'horreur des camps (et pour être allée visiter Auschwitz peu de temps après, je peux en témoigner), mais elle a aussi milité pour les droits de la femme. A travers son combat comme Ministre de la Santé, bien sûr, avec la loi pour l'avortement, mais pas seulement : en tant que Présidente du Parlement Européen, elle a contribué à améliorer les conditions de détention des femmes en prison. C'est à ce double titre, et parce qu'on oublie souvent le deuxième, que je voulais lui rendre hommage, à mon très humble niveau.



La première chose qu'elle nous a dite, quand je l'ai rencontrée avec mes camarades, est « Si je l'ai fait, vous aussi vous pouvez le faire ». Croyez-moi, cela remet les pendules à l'heure ! J'avais 15 ans et je m'en souviens encore ! Penser qu'elle avait notre âge quand elle a connu les camps et qu'elle s'en est sortie grâce à sa force de caractère et à son intelligence (elle a menti sur son âge pour éviter la chambre à gaz) est juste une leçon pour nous tous.

 

 

Rosa Parks est avant tout une militante des droits civiques des noirs américains. Je n'ai pas choisi de l'évoquer pour son combat, bien qu'il soit très important pour moi, mais parce que cette femme a changé le cours de l'histoire aux Etats-Unis et n'a pas eu, à mon sens, l'hommage qu'elle mérite de notre côté de l'Atlantique !



Rappelons que jusque dans les années 1960, les Noirs américains n'avaient pas les mêmes droits que leurs compatriotes blancs. En refusant de céder sa place à un Blanc dans un bus de Montgomery, elle est devenue un des symboles de la lutte pour l'égalité entre les « races » et a montré qu'une femme peut avoir autant, si ce n'est plus, de courage qu'un homme. N'oublions cependant pas une autre femme importante dans la lutte pour l'égalité des « races » : Angela Davis.

 

 

Autre pays, mais même combat ! Dulcie September est née en Afrique du Sud, pendant l'Apartheid. Membre important de l'Africain National Congress (organisation longuement présidée par Nelson Mandela), elle est assassinée à Paris en 1988. Aujourd'hui enterrée à Arcueil, le mystère reste entier quant à l'identité de l'assassin. Il s'agit probablement d'un homme envoyé par le gouvernement sud africain.

Posté par hermy93150 à 11:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


08 janvier 2015

Quelques dessins de Charlie Hebdo

90835699_o

Parce que les images parlent plus que les mots, voici quelques dessins satyriques de Charlie Hebdo.

 

82457286_o

7733103460_charlie-hebdo

Charlie-Hebdo-Le-Pen

Posté par hermy93150 à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Attentat à Charlie Hebdo

Je n'ai pas parlé de l'attentat hier, car je n'ai pas d'ordinateur à la maison et j'ai voulu rester chez moi, pour des raisons évidentes de sécurité. Je ne ferai pas de grands discours, j'ai juste décidé de mettre le slogan "Je suis Charlie" et du noir en fond décran, jusqu'aux obsèques de toutes les victimes.

Posté par hermy93150 à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2014

Bilan annuel de RSF

Encore une fois, l'organisation qui représente les journalistes à traver le monde dresse un bilan qui fait froid dans le dos: 66 journalistes ont été tués en 2014, dont deux dans des "mises en scène" épouvantables par DAESH. 119 journalistes ont été envlevés et 40 sont encore otage, ainsi que trois blogueurs. 

 

Dans le détail, on se rend compte que les enlèvements ont été particulièrement nombreux en Ukraine (33), Lybie (29) et en Irak (20). Ils ont augmenté de 37% par rapport à 2013. Aussi, le pays le plus dangereux reste la Syrie, où 15 journalistes ont été tués, afin de limiter la propagation de l'information dans le monde, contre 7 à Gaza, 6 en Ukraine, 4 en Irak et 4 en Libye. 

 

Ces nouvelles exactions s'ajoutent malheureusement aux autres, toujorus plus nombreuses d'année en année. Elles soulignent la dangerosité extrême de ce métier, pourtant essentiel et l'absence de liberté d'expression dans certains pays. 

Posté par hermy93150 à 12:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2014

la SLA

Une fois n'est pas coutume, j'ai décidé de ne pas vour parler de francophonie à proprement parler, mais d'un sujet qui me touche personnellement : la SLA, ou Sclérose Latérale Amyotrophique, ou Maladie de Charcot.

Il s'agit d'une maladie neurodégénérative et qui détruit petit-à-petit les neurones touchant aux muscles. Elle touche en paritculier les motoneurones (les neurones qui donnent les ordres aux muscles). Ma grand-mère maternelle en est décédée et c'est pour cela que je voulais en parler. Il existe plusieurs types de SLA et dans le cas de ma grand-mère, elle a impacté les muscles de la bouche et des bras. Elle peut aussi toucher les jambes et conduire les personnes atteintes à ne pouvoir se déplacer qu'en fauteuil roulant.

Aujourd'hui, il n'existe aucun traitement efficace contre la SLA, à l'exception du riluzole, sensé ralentir les effets de la maladie. Vous l'aurez compris, elle est donc incurable.

La SLA en chiffres

On estime à environ 4500 à 6000 le nombre de personnes atteintes de la SLA en France. Environ 1000 cas sont diagnostiqués chaque année.

Les causes de la SLA

 

Les causes n'ont pas été clairement établies, mais selon les scientifiques, il semblerait qu'elle survienne dans certains cas précis :

  • une susceptibilité génétique : il existerait des formes familiales de SLA (au moins 2 cas dans la famille).
  • des facteurs environnementaux : la consommation d’une plante toxique favoriserait notamment les cas de SLA dans certaines régions du globe (Nouvelle-Guinée et Japon)
  • des facteurs biologiques : des anomalies de régulation d’un neurotransmetteur (substance responsable de la transmission des messages nerveux entre les neurones) ou d’un facteur de croissance, une dégénérescence de mitochondries (producteurs d’énergie dans la cellule),  un processus inflammatoire anormal et une mort cellulaire précoce sont avancés.

Les symptomes

  • une sensation de faiblesse dans une partie d’un membre,
  • des contractions ou secousses musculaires involontaires (fasciculations),
  • des crampes et contractures douloureuses,
  • une raideur dans les articulations et les membres,
  • des difficultés de coordination,
  • des troubles de l’équilibre pouvant entraîner des chutes,
  • une fonte musculaire,
  • une fatigue générale.

Complément d'informations : http://www.entrepatients.net/fr/sante/fiches-sante/sclerose-laterale-amyotrophique-sla

Posté par hermy93150 à 15:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2014

Le français au Québec

Voici une sélection de vidéos sur le français au Québec, très intéressante d'un point de vue linguistique:

 

https://www.youtube.com/watch?v=GMnCkI5zB84

 

https://www.youtube.com/watch?v=IrJGnccoEG4

 

Un peu d'humour : https://www.youtube.com/watch?v=7N8pn9B0kew.

Posté par hermy93150 à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]