Cette semaine était celle de la langue française et de la Francophonie. Je vais revenir brièvement sur l'hisoire de ce mot.

 

Il a été créé au XIX me siècle et désignait, au début, à la fois les personnes qui avaient pour langue le français et les pays qui avaient pour langue nationale le français, qu'il soit ou non utilisé avec une autre langue.  Ce ne sont que quelques décénnies plus tard que la conscience d'espace francophone naît.

 

En 1926, l'Association des Ecrivains de Langue Française est créée par des écrivains, qui seront suivis par les journalises et de la presse de langue française.En 1960, la première organsiation intergouvernementale francophone est créée, la Conférence des ministres de l'Education (Confémen), alors constituée de 15 pays. Aujourd'hui, ce sont plus de 40 pays qui sont représentés.

En 1967, le sparlementaires s'en mêlent.

En 1999, l'AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) est créée et compte pas moins de 677 établissements dans le monde.

 

A ceux qui pourraient rétorquer que le francophonie est née du colonialisme, Léopold Sédar Senghor répond : ""Dans les décombres du colonialisme, nous avons trouvé cet outil merveilleux, la langue française". Certes, la colonisation a eu des effets extrêmment négatifs, et je suis la première à le dire et à le déplorer, mais s'il y a UNE chose positive qu'elle a su créer est le développement de la langue de Molière à travers le monde. Rappelons que le français est aujourd'hui encore parlé sur les cinq continents. Le français sert de lien entre les peuples, qu'ils soient Québécois, Sénégalais, de Pondichéry, de Nouvelle-Calédonie ou Français.

 

Actuellement, le français compte environ 220 millions de locuteurs à travers le monde et est la 5e langue la plus parlée. Elle est la langue officielle ou co-officielle de 32 états, langue principale d'enseignement d'une vingtaine de pays, compte 116 millions d'apprenants (minimum), est langue officielle ou de travail dans la plupart des organisations internationales. Je pourrai donner encore bien d'autres chiffres...

 

Tout ça pour dire que non, le français n'est pas en déclin, quoiqu'en disent certaines personnes.