tituba

mconde

Source pour la première photo: http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://3219a2.medialib.glogster.com/media/c5/c51fae6bbb6a1de93986c7f7daaec7eb8eed1b410565a8e66422798db220be28/crucible-2007-parris-tituba.jpg&imgrefurl=http://www.glogster.com/popin121/tituba-crucible/g-6moc152mlac5ooa8vebhda0&h=320&w=500&sz=19&tbnid=A7S0Cr0MDFgH6M:&tbnh=90&tbnw=141&zoom=1&usg=__4_tThaSwAnkbMMLelCewVnDj4pA=&docid=L6bcYnilqqYgxM&sa=X&ei=xz37UvWUBdKo0AWBtICoDw&ved=0CDIQ9QEwAA&dur=330

Source pour la deuxième photo: collection personnelle.

Pour inaugurer la partie littérature, j'ai choisi d'évoquer le chef-d'oeuvre de Maryse Condé, Moi Titutba sorcière... noire de Salem. Pourquoi ce roman? Parce qu'il peint à la fois le drame de l'esclavage et celui des sorcières de Salem.

Moi Titutba sorcière... noire de Salem raconte l'histoire de Tituba, esclave originaire de la Barbade et achetée par David Parris. Dès son arrivée aux Etats-Unis, elle est maltraitée par ses maîtres. Tituba est accusée de sorcellerie par Abigaïl, la nièce de David Parris. S'en suivent alors une série d'arrestations et les célèbres procès de Salem

Certes, il ne s'agit pas à proprement parler d'un roman francophone, car la Barbade est une île anglophone, mais l'esclavage est un thème universel. Aussi, Maryse Condé est Guadeloupéenne. Pour ces deux raisons, on peut le classer dans la catégorie des romans francophones. A travers cette histoire, elle évoque les esclaves en général et leurs blessures. Ce livre décrit la stupidité humaine (celle des Blancs), prête à tout pour asservir ceux qu'ils considèrent comme plus faibles. En cela, elle fait écho à l'histoire des Antilles. L'intérêt principal du roman réside dans la dénonciation de l'esclavage et de la stupidité humaine. Pourquoi est-elle accusée de sorcellerie? Parce qu'elle a une culture différente, donc effrayante pour certains. Pourquoi est-elle asservie? Tout simplement parce qu'elle est Noire. Ce roman pose de nombreuses questions en filigrane et est pronfodément humaniste. Aussi, Maryse Condé fait de Tituba le symbole de la souffrance extrême des esclaves.

Autres livres notables de Maryse Condé:

La Traversée de la mangrove, publié en 1989 et Ségou, publié en 1984 et 1985.